Pierre-Alain DE BOIS

RÉSUMÉ DE LA CONTRIBUTION

fr1 es2 en2
Carlos Giménez : de la dénonciation à la transmission de la mémoire.

L’auteur espagnol de bande dessinée Carlos Giménez signe entre 2007 et 2009 une série de quatre albums sur la Guerre civile espagnole intitulée 36-39 : Malos tiempos. Si cette tétralogie s’inscrit dans une certaine continuité avec les albums antérieurs (sur la forme, avec cette parenté graphique évidente, en noir et blanc, qui n’est pas sans rappeler Paracuellos ou Barrio, mais aussi sur le fond, avec une dimension dénonciatrice qui reste très forte), elle n’en reste pas moins problématique et nous amène à nous poser un certain nombre de questions : d’abord, pourquoi aborder aujourd’hui le thème de la Guerre civile? Quel rapport au souvenir entretient ici l’auteur, lui est né après en 1941 et n’a donc n’a pas vécu le conflit? Quelles sont de ce fait les modalités d’écriture de ces albums? Enfin, quelle représentation de la guerre nous offrent-ils ? Autant d’interrogations auxquelles nous essaierons de répondre, en démontrant que 36-39 s’avère de fait un « récit de mémoire » particulier, qui transmet une vision de la guerre pleinement assumée de la part d’un auteur qui semble éprouver le besoin de vouloir tourner une page, et de compléter le testament qu’il va transmettre aux jeunes générations. Aussi, insisterons-nous sur la valeur pédagogique et explicative que renferment ces albums ainsi que sur leur finalité éducative : il ne s’agit pas tant pour Carlos Giménez de raconter l’Histoire, que d’en tirer des leçons et de faire passer un message à ceux qui ne l’ont pas connue, via un média original comme la BD, une forme d’expression destinée au plus grand nombre, et dont on suppose qu’elle lui permet de toucher un plus large public, ou du moins un autre public, différent des lecteurs de romans.

BIONOTE

Professeur agrégé d’espagnol, enseignant en section binationale « Bachibac » au Lycée Ambroise Paré de Laval (53). Chargé de cours à l’Université d’Angers.Membre du jury du CAPES interne d’espagnol. Inscrit en doctorat à l’Université d’Angers (49), sous la direction de Mme Roselyne MOGIN-MARTIN. Sujet de thèse : « Carlos Giménez : de la dénonciation à la transmission de la mémoire.