Pepo PÉREZ

RÉSUMÉ DE LA CONTRIBUTION

fr1 es2 en2
La représentation dans la bande dessinée de la mémoire traumatique de la guerre civile espagnole.

La représentation graphique des «désastres de la guerre» a une longue tradition que l’on peut, en ne considérant que les temps modernes, faire remonter à Goya. La bande dessinée y a participé depuis sa particulière tradition narrative textuelle-visuelle, en particulier à partir de la fin du XXe siècle, avec des œuvres comme Maus, Footnotes in Gaza ou Le Photographe. Cependant, la représentation de la mémoire traumatique de la guerre est problématique, aussi bien du point de vue des stratégies des artistes que de leur réception par le public; on peut par exemple évoquer le débat autour de « l’irreprésentabilité » de l’Holocauste, ou encore le conflit entre mémoire, histoire et mythe posé par ce type de travail. Dans ce cadre introductif, nous abordons une étude comparative des souvenirs traumatiques de la guerre civile espagnole dans la bande dessinée, à travers une analyse des modes de représentation dans des œuvres comme Eloy, Paracuellos, Un largo silencio, El arte de volar, Los surcos del azar, Paseo de los canadienses ou 36-39. Malos tiempos.

BIONOTE

Licenciado en Derecho y doctor en Bellas Artes por la Universidad de Málaga, donde es profesor. Coautor junto a Santiago García de las novelas gráficas El vecino (Astiberri, 2004, 2007, 2009), ha dibujado historietas para Nosotros Somos Los Muertos, El Manglar o El Estafador. Visiting scholar en la School of Visual Arts (2013) y dibujante residente en La Maison des Auteurs (2014), ha escrito sobre cómic en revistas académicas, medios de prensa y libros colectivos como Del tebeo al manga (Panini, 2012, 2013), Supercómic (Errata Naturae, 2013) y On the Edge of the Panel (Cambridge Scholars, 2015). En 2016 ha dirigido un curso de verano sobre cómic en la Universidad de Málaga, ha coordinado la antología Cómic digital hoy (ACDCómic, 2016) y dibuja El vecino 4 (Astiberri, 2017).