Michel MATLY

RÉSUMÉ DE LA CONTRIBUTION

fr1 es2 en2
La représentation de la guerre civile espagnole dans la bande dessinée, entre provocation, légitimité et polémique.

Avec 350 œuvres et presque 8000 pages venues de 14 pays, la bande dessinée offre depuis 1976 an ample panorama de la guerre civile espagnole. Pour analyser un corpus d’une telle amplitude et variété, un travail statistique comparable à la lexicométrie pour le texte a été appliqué à l’image de la bande dessinée. Ceci a permis d’identifier trois principaux paramètres qui discriminent les œuvres, la provocation (entre raconter la guerre et provoquer la réflexion, l’émotion ou l’engagement du lecteur), la légitimité du conflit (entre combat juste et guerre folie) et la polémique (entre réconciliation et fracture). L’analyse montre que le conflit est perçu de manière sensiblement différente selon les pays et que sa représentation a changé considérablement entre les années 70-80 et l’après 2000. Ceci fait de la bande dessinée une source importante pour les historiens, en tant que récit d’histoire et objet historique, informant à la fois sur la guerre et sur les sociétés qui se la remémorent.

BIONOTE

Michel Matly es investigador asociado al laboratorio CELIS de la Universidad Clermont Auvergne y doctor en Estudios Hispánicos, con una tesis sobre “Cómic y guerra civil española – representaciones y claves de análisis”. Ha publicado estos tres últimos años varios artículos sobre la Guerra y el cómic en revistas de historia y civilización española, tales como Pasado y Memoria (Alicante), Hispania Nova (Madrid), Les Cahiers de Framespa (Toulouse) o la revista del Centro de Civilización Española Contemporanea (Paris). Publica artículos en revistas sobre cómics, tales como Tebeosfera (Sevilla) y Comicalités (Paris) y colabora con la revista francesa Papiers Nickelés (Paris). Ha presentado comunicaciones sobre el cómic y la Guerra Civil española en congresos en la Universidad Carlos III (Madrid, 2015) y la Universidad de Valencia (Valencia, 2015) y colaborado en la elaboración de la exposición “La memoria dibujada de los vencidos” (Saint-Denis, 2016).