Didier CORDEROT

RÉSUMÉ DE LA CONTRIBUTION

fr1 es2 en2
La guerre civile espagnole au cœur de la bande dessinée chez les rebelles « nationalistes ».

La bande dessinée, au même titre que les autres domaines artistiques, n’échappe pas à la radicalisation politique lors de la Guerre d’Espagne. Cependant, en dépit de son instrumentalisation par le Parti communiste espagnol, force est de constater que c’est dans le camp des rebelles qu’elle tient la plus grande place. En effet, les plus prompts à mobiliser ses ressources sont les carlistes et les phalangistes, dans le but de favoriser la militarisation de la jeunesse. Autrement dit, d’une part les pourvoyeurs d’une idéologie ultra-conservatrice, adossée aux dogmes de l’Eglise catholique, et d’autre part les défenseurs d’une idéologie fasciste qui se nourrit des exemples italien et allemand. Confiée à des créateurs dont peu ont une véritable expérience en la matière, la bande dessinée s’impose néanmoins comme un relais des consignes politiques et religieuses des partis les plus extrémistes, tout en façonnant durablement l’imaginaire de la jeunesse au moyen de représentations d’un Autre devenu l’incarnation du mal suprême.

BIONOTE

Didier Corderot est maître de conférence en espagnol à l’ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education) Clermont-Auvergne. Il est membre du CELIS (Centre d’Etudes sur les Littératures et la Sociopoétique – EA 1002). Spécialiste de civilisation espagnole contemporaine, il est l’auteur d’une thèse intitulée La littérature de kiosque entre la plume et le fusil. Les formes narratives brèves pendant la guerre civile espagnole (1936-1939). Ses publications, consacrées pour la plupart à l’histoire culturelle de la Guerre d’Espagne, traitent des rapports entre la production littéraire ou iconographique et l’idéologie à partir d’un corpus varié : la presse littéraire ou d’information générale, la presse enfantine, la presse confessionnelle ou encore la littérature populaire. Il s’intéresse également à la militarisation de la jeunesse et aux modalités de la propagande auprès de cette frange de la population, principalement dans le camp franquiste, ainsi qu’au processus de reconstruction mémorielle dont elle fait encore l’objet.